0Faute : Créer et animer son site, Georges Simenon, Yello
Sommaire  Plan du site  Contact  Vous cherchez ?  Les liens
LIVRES
Sur le site
0Faute News
Recevez chaque mois les nouveautés de 0Faute ainsi que les tendances du Net et de la société.

S'inscrire Se désinscrire
Consultez le dernier numéro de 0Faute News, les archives et les enquêtes sur la protection des personnes et nos élus et le Net.

Partenaires

Georges Simenon  Bibliographie

Page precedente Page précédente

1921 1924 1925 1926 1927 1928 1929
1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936 1937 1938 1939
1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949
1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959
1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
1970 1971 1972 1974 1975 1976 1977 1978 1979
1980 1981 1989
1991 1993

1934 :  retour
 L'homme de Londres "Il n'avait pas la tête d'une brute. Bien au contraire, il avait l'air d'un pauvre diable avec son air de clown désespéré. Et pourtant il avait apporté de Londres une valise contenant un demi-million et il avait tué son compagnon pour ne pas partager. Du haut de sa cage vitrée, dans l'obscurité, Malouin, l'aiguilleur du port, pour son malheur, avait tout vu. La vie de Malouin, désormais, court à la catastrophe. On dirait qu'un mécanisme fatal s'est mis en marche et jamais peut-être le héros de Simenon n'a atteint cette intensité d'accablement, de malchance et de solitude morale."
L'homme de Londres, historiquement, c'est le surnom qui avait été donné à Joseph Lebeau, conseiller de Léopold 1er de Belgique. Cependant, en 1831, après que les Hollandais eurent séparé l'armée de l'Escaut de l'armée de la Meuse, Lebeau conseilla au roi d'adresser un appel pressant à Louis-Philippe pour obtenir une aide militaire de la France. Ainsi, l'armée française commandée par le maréchal Gérard devait-elle, à Anvers, faire reculer l'armée hollandaise.
« Avec l´homme de londres le système policier cède à l´aventure avec tout ce qu´elle comporte de ténébreux. Et, ce qui est encore plus surprenant, l´aventure à son tour perd de son intérêt en face du problème psychologique posé par le cas d´un homme à la fois meurtrier et voleur mais que la nature de ses crimes doit faire absoudre, sans discussion possible. » (Jean Rollot, sans mention d´origine, 29 octobre 1943) Acheter ce livre
 Maigret (M) "Le jeune inspecteur Lauer vient de commettre une imprudence professionnelle qui peut lui causer de sérieux ennuis : chargé d'une surveillance nocturne au Floria pour une affaire de meurtre et de drogue, il n'a pu empêcher l'assassinat de celui qu'il surveillait, Pepito Palestrino, et, s'étant affolé, a laissé sur place des indices qui ne pourront manquer de faire de lui le suspect numéro un du crime, d'autant plus qu'il a été apperçu sortant du bar, un revolver à la main. Conscient de sa faute et des menaces qui pèsent sur lui, il se fait conduire la même nuit sur les bords de la Loire où son oncle Maigret jouit d'une retraite campagnarde paisible. L'ex-commissaire accepte d'aider son neveu en détresse et l'accompagne à Paris en vue d'éclaircir l'affaire. Sa besogne n'est guère facile, car il se heurte à d'anciens collègues qui n'apprécient pas tous ses méthodes et qui ne consentiront à le seconder qu'avec réticence. Pourtant, les soupçons de Maigret se portent assez rapidement sur Germain Cageot, chef d'une petite bande de truands qui hante les environs de la rue Fontaine. Son neveu ayant été arrêté, Maigret décide de faire vite et se mêle de plus en plus ouvertement aux agissement de la bande, d'où ressortent quelques personnalités : le bellâtre marseillais Eugène, le fragile Joseph Audiat, la tendre prostituée Fernande, entraînée malgré elle dans ce milieu... Le résultat de ces dangereuses fréquentations ne se fait pas attendre : Maigret est victime d'une tentative d'assassinat, à la suite de laquelle la P.J. consent enfin à collaborer avec l'ancien commissaire. Un piège est tendu à Cageot, selon le scénario suivant : Maigret, après s'être rendu à son domicile, lui décrit la manière dont il a fait tuer un premier complice, puis Pepito qui menaçait de parler. Il perce à jour la personnalité de Cageot, un pleutre incapable de tuer de ses mains, qui fait exécuter par d'autres les basses besognes. Cageot, qui ignore que, grâce à un subterfuge de Maigret, la police l'écoute au téléphone, se compromet dans la conversation. Il est arrêté, tandis que certain membres de sa bande s'enfuient à l'étranger."
Par ce titre, Simenon voulait clore la série des Maigret et se «débarrasse» de son commissaire en l'envoyant en retraite à Meung-sur-Loire. Mais l'auteur reçut de nombreuses lettres de protestation.
«Après sa mise à la retraite, Maigret a connu, chez Gallimard puis aux Presses de la Cité, quatre-vingt-trois autres aventures.» (Francis Lacassin)
«Relativement inexistant sur le plan proprement policier, ce roman, dont on crut, à l'époque, qu'il était le chant du cygne de Maigret, est un de ceux où se révèle le mieux l'envoûtante personnalité du commissaire» (Maurice Dubourg, "Maigret et compagnie ou les détectives de l'agence Simenon", Mystère magazine, décembre 1964)

Les Pitard
 Le locataire "Elie Nagéar aime trop l'argent facile. À Bruxelles, la vente de tapis dans laquelle il aurait dû être intermédiaire semble conicer et les deux cents mille francs promis s'éloignent. Alors, il prend le train de nuit pour Paris avec un riche hollandais, le tue entre Saint-Quentin et Compiègne, lui prend son argent puis revient tranquilement à Bruxelles. Il y retrouve sa compagne d'aventures, Sylvie, entraîneuse dans une boîte de nuit, au moment où le récit du meurtre est déjà dans le journal, heureusement pour lui très incomplet. La menace d'une enquête qui conduirait les policiers jusqu'à l'assassin est néanmoins bien réelle et Sylvie décide de l'envoyer à Charleroi, chez sa mère qui loue des chambres garnies à de jeunes hommes de nationalité diverses, étudiants pour la plupart. C'est dans la cuisine qu'il passe le plus clair de son temps, à guetter les autres locataires, de plus en plus soupçonneux... Antoinette, la jeune sœur de Sylvie, qui vit toujours chez ses parents, sera la première à comprendre que la situation est beaucoup plus compliquée qu'elle n'en a l'air. Sa mère est tombée sous le charme du voyou et son père apprécie plutôt ce locataire. Les autres, plus ou moins consentants, acceptent de taire leurs soupçons, puis leurs certitudes."
L'un des bons romans policiers de l'auteur, sans la présence de Maigret. Atmosphère envoûtante et étrange. Énigme qui se nourrit de ce climat insolite. Ce roman n'est policier qu'accessoirement. Il relève de ce que les sociologues appellent la déviance, soit la rupture, la transgression sur le plan idéologique et pratique par rapport à ce que l'on peut identifier comme normal. Il y a donc ici récit psychologique, avec analyse de comportement et description d'actes manqués ou, au contraire, survoltés par l'angoisse ou la passion."
«André Gide, à la lecture des premiers Maigret, avait deviné en leur auteur un futur maître du roman psychologique.» (Francis Lacassin). II insista auprès de Gaston Gallimard pour qu'il le publie et, en 1933, Georges Simenon et Gallimard seront liés par contrat jusqu'en 1945.  Acheter ce livre
 Les suicidés "Il n'y avait qu'une table dans un coin. Il y installa sa compagne, devant une feuille de papier, et dicta : "Mes chers parents, ne me faites pas rechercher. Je suis heureuse. Si on essayait de me ramener à la maison, je me tuerais". Elle écrivait, sans le regarder. Il frémissait. Chaque mot tracé sur le papier était une nouvelle victoire. Il eut une inquiétude, la dictée finie, quand il vit la plume s'abaisser à nouveau sur la feuille. "Pardon, papa", ajouta-t-elle. Émile et Juliette, amants mal assortis, fuient Nevers et tentent de se cacher à Paris. La famille part en chasse, les traque, va les surprendre. Pris au piège, les jeunes gens ne trouvent qu'une issue : fuir dans la mort. Mais quand on est un pauvre type, on rate même son suicide. Avec la minutie magique de son écriture, Simenon entraîne le lecteur tout au long de ce récit haletant, piégé par les réseaux toujours plus étroits de la fatalité."
 L'évasion (pseudonyme Christian Brulls) : Dans "L´autre univers de Simenon", Michel Lemoine précise que dans "L'évasion", Lucas et Maigret sont cités sans apparaître. On prie le premier de téléphoner au parquet et le second prononce, par téléphone interposé, une phrase qui ne sera pas impérissable : « - Allô ! Allô !... Ici le commissaire Maigret...»

 Sommet de la page

Precedente Sommaire Remonter Suivante

  Click Here!
Pour toute question ou remarque concernant ce site, envoyez un courriel à jacques @ 0faute.com
Dernière mise à jour de cette page le 20/03/2006.
 
Dans cette rubrique
Réactions

Une réaction ? Besoin d'un conseil ?
Participez au Forum 0Faute Design !

N'oubliez pas de signer le livre d'or de 0Faute !