0Faute : Créer et animer son site, Georges Simenon, Yello
Sommaire  Plan du site  Contact  Vous cherchez ?  Les liens
LIVRES
Sur le site
0Faute News
Recevez chaque mois les nouveautés de 0Faute ainsi que les tendances du Net et de la société.

S'inscrire Se désinscrire
Consultez le dernier numéro de 0Faute News, les archives et les enquêtes sur la protection des personnes et nos élus et le Net.

Partenaires

Georges Simenon  Bibliographie

Page precedente Page précédente

1921 1924 1925 1926 1927 1928 1929
1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936 1937 1938 1939
1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949
1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959
1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
1970 1971 1972 1974 1975 1976 1977 1978 1979
1980 1981 1989
1991 1993

1938 :  retour
 Ceux de la soif "Frantz Muller, un savant amoureux de la solitude, et Rita, sa compagne, sont venus se réfugier dans la solitude d'une île perdue des Galápagos. Mais la civilisation ne tarde pas à les rattraper, avec son cortège de conflits et de crises… Arrivent successivement un couple de bourgeois avec un enfant idiot, puis une baronne avec deux "gigolos". Celle-ci s'installe confortablement et affirme sa souveraineté sur l'île. Naturellement cela provoquera des conflits et des crises, et l'aventure se terminera tragiquement pour la plupart des personnages... Simenon excelle dans ce récit où les personnages tourmentés cherchent vainement dans l'exotisme la solution de leurs troubles intérieurs." Acheter ce livre
Chemin sans issue Chemin sans issue. "Deux russes blancs, Vladimir et Blinis, sont au service d'une femme extravagante, Jeanne Papelier, qui possède sur la Côte d'Azur une villa, Les Mimosas, et un yacht, Electro. Vladimir est à la fois le domestique et l'amant de sa partronne, tandis que Blinis est attaché à sa fille Hélène. Vladimir, jaloux de Blinis, le fait accuser de vol et chasser de la maison. Mais la honte et le remords le poursivent. Il tue Jeanne Papelier et essaie de retrouver son ancien camarade. C'est dans un asile de nuit de Varsovie que se jouera la dernière scène de cette poursuite désespérée."  Acheter ce livre
 Les sept minutes (nouvelles : Le Grand-Langoustier – La nuit des sept minutes – L'énigme de la " Marie-Galante ") Recueil réédité par la suite sous le titre de G7. Ces nouvelles ont paru, en 1933, en édition pré-originale dans l'hebdomadaire Marianne, la troisième sous le titre "La croisière invraisemblable".  Acheter ce livre
Les rescapés du Télémaque
Les rescapés du "Télémaque" "Pierre Canut, capitaine du Centaure, est arrêté alors que le chalutier jette ses amarres dans le port de Fécamp. Son frère cadet, qui a toujours été jaloux de lui, se met cependant à la recherche de l'assassin. Alors commence l'un des meilleurs romans policiers de Simenon..." "L'hallucinante histoire des rescapés du Télémaque. Arrestation mouvementée de Pierre Canut, l'assassin d'Émile Février. [...] L'arrestation de Pierre Canut, capitaine du chalutier Centaure, qui a donné lieu, hier matin, à Fécamp, à une véritable manifestation de la part des gens de mer, n'est pas seulement la suite de l'assassinat d'Émile Février, perpétré voilà dix jours, mais on pourrait dire que c'est l'aboutissement d'événements qui se sont déroulés, en 1906, au large de Rio de Janeiro. Ces événements qui, pour les marins, sont devenus quasi légendaires, nous avons pu les reconstituer en ayant recours à la collection des journaux de l'époque."Acheter ce livre
 Les trois crimes de mes amis : "Je ne me doutais de rien et mes amis étaient des assassins ! Je ne me doutais de rien quelques années plus tard quand je commençais à écrire des romans policiers, c'est-à-dire des récits de faux crimes, tandis que ceux avec qui j'avais vécu jadis, qui avaient respiré la même atmosphère que moi, partagé les mêmes joies, les mêmes distractions, discuté les mêmes sujets, se mettaient à tuer pour de bon...Un récit qui est révélateur du journaliste que fut Simenon à Liège avant de devenir romancier. Cette histoire criminelle brève en traduit bien les modalités."
Dans l´univers de simenon, Maurice Piron précise que "Les trois crimes de mes amis" retrace des souvenirs de jeunesse de Simenon. Le récit, qui a valeur de reportage, rapproche des faits réels cristallisés autour d'une même idée : ces trois là étaient des assassins en puissance. Comment et pourquoi ? L'auteur se pose la question sans y répondre.
De février 1924 à novembre 1925, Georges Sim a collaboré à la Nanesse, une feuille pamphlétaire, mais aussi un journal de chantage, dirigée par Hyacinthe Danse, un repris de justice. Les deux propriétaires, Ferdinand Deblauwe et Hyacinthe Danse réaliseront, en 1933, un triple meurtre dont Simenon retrace les circonstances dans "Les trois crimes de mes amis". Ainsi, Danse sera condamné à perpétuité pour le meurtre de sa mère et de sa maîtresse. C'est l'un des premiers personnages réels dont Georges Simenon s'inspire pour l'un de ses romans. Le troisième personnage qui inspira cet ouvrage, le Fakir, illusionniste, Georges Simenon le connut également lorsqu'il était jeune reporter à Liège. Selon Pierre Assouline, Simenon fit parvenir, en 1954, 500 francs belges à Hyacinthe Danse. Une somme qui lui fut adressée par l'intermédiaire de Sven Nielsen.

 Acheter ce livre
 La mauvaise étoile "C'étaient des hommes gourmands d'une vie plus large, plus libre, plus belle, et qui n'ont pas hésité à tout quitter pour tenter l'aventure. Autrement dit, c'étaient, dans le meilleur sens du mot, des aventuriers. Si j'en crois les livres, il en est qui ont réussi. Eh bien, c'est peut-être de la malchance, mais je n'ai guère rencontré que le reste, les autres, ceux qui n'ont pas réussi, qui ne sont devenus ni des héros, ni des saints, pas même des millionnaires ou des rentiers. Les ratés de l'aventure, si vous voulez." "Au cours de ses voyages autour du monde, Simenon a rencontré de nombreux "ratés de l'aventure" et c'est leur histoire qu'il raconte ici en traits rapides et puissants : le bagnard aux nougats, l'homme qui se battait avec les rats, l'homme prisonnier entre deux femmes, le Lithuanien solitaire qui n'avait jamais assez mangé, le polytechnicien qui ignorait ce qu'était un boy à sonnette,..."
Ces reportages ont paru en 1935 dans le Courrier royal et dans Paris-soir sous le titre "Les vaincus de l´aventure". Acheter ce livre
 Le suspect "Anarchiste, exilé à Bruxelles pour échapper à l'armée française, Pierre Chave apprend que le petit Robert, son protégé, s'apprête à faire sauter une usine à Courbevoie. Faisant fi de toute prudence, il se précipite à Paris pour empêcher l'attentat. Commence alors une chasse à l'homme qui ne finira que lorsqu'il tiendra la bombe entre ses mains..." Acheter ce livre
Les soeurs Lacroix Les sœurs Lacroix. "Deux sœurs, Poldine et Mathilde, vivent ensemble, bien que l'une, Poldine, ait été la maîtresse d'Emmanuel, le mari de Mathilde. Elle a eu de lui une fille, Sophie, qui a maintenant dix neuf ans et qui habite avec elles ainsi que les deux enfants de Mathilde, Jacques et Geneviève. Une atmosphère malsaine corrompt les rapports complexes qui peuvent exister entre les différents membres de cette famille. Simenon poursuit cet angoissant récit avec son acuité habituelle et sa profonde connaissance des haines familiales. Acheter ce livre
Touriste de bananes Touriste de bananes "Comme presque toujours chez Simenon, le début du roman est prodigieux d'économie évocatrice : un paragraphe, et tout est dit (Il y avait trente-sept jours que le bateau qui s'appelait L'Île de Ré avait quitté Marseille. Cap sur Tahiti, via Gibraltar et Panama. Il y avait trente-sept jours qu'on n'était plus en France, ni nulle part, et pourtant c'était dimanche.). Pourquoi, écrit Georges Simenon, qui n'a jamais détesté les phrases interrogatives, pourquoi y avait-il une odeur, une luminosité, une paresse de dimanche ? Et qu'est-ce qu'Oscar Donadieu, fils d'armateur qui reste toujours seul, est venu faire sur ce cargo mixte ? De quels souvenirs, de quel crime a-t-il voulu se purger en s'exilant dans ce bout du monde qui n'a rien du paradis que l'on croit ? Touriste de banane, c'est une expression pour désigner certains passagers qui partent pour les îles avec l'idée d'y vivre une vie naturelle, loin du monde, sans souci d'argent, en se nourrissant de bananes et de noix de coco. Oscar Donadieu s'installe à Papeete, tenté par cette vie facile et libre. Mais rapidement il découvre l'envers du décor : les gens ne pensent qu'à boire l'apéritif et à dormir. Écœuré, il s'en va dans l'intérieur de l'île et s'installe dans une cabane abandonnée. Là, il se croit heureux. Mais les autres européens partent à sa recherche. Saura-t-il résister à l'attrait de la vie artificielle de Papeete ?... Le roman se déroule autour d'un assassinat jugé à Tahiti. La description très réaliste de la vie à Papeete témoigne du passage de l'auteur dans la ville.(extrait de Bibliographie de Tahiti et de la Polynésie française n° 9680, page 858). L'auteur a fait ici une satire (qui reste émue, autrement elle ne serait pas de Simenon) du bourgeaois qui s'exile à Tahiti pour se "renouveler" au contact de la nature sauvage et finit misérablement, englouti par l'ennui et l'imposture de cette transplantation artificielle." Acheter ce livre
 Monsieur La Souris. Acheter ce livre
 La Marie du port "Dans les brumes automnales d'un petit port normand se noue un drame familial et passionnel. Au Café de la Marine, la jeune Marie, surnommée la Sournoise, provoque rivalités et haines. Les hommes ne savent plus qui choisir de sa sœur Odile ou d'elle. Marie, à force de ruse et de charme pervers, parvient à épouser le riche amant d'Odile et devient une dame.
À Port-en-Bessin, Marie, jeune femme de dix-sept ans, vient de perdre son mari. Sa sœur Odile vient donc avec Henri Chatelard, son amant, assister à l'enterrement. Celui-ci s'éprend de Marie et, pour la voir, achète un bateau dont il va chaque jour s'occuper. Que lui importe ensuite tout le reste, maintenat qu'il est pris entre la vie du port et l'amour de Marie ?"

Fait rarissime chez Simenon, "La Marie du port" fut écrit sur les lieux mêmes de l'action. Acheter ce livre
L'homme qui regardait passer les trains
 L'homme qui regardait passer les trains "Permettez que je me présente : Kees Popinga, le satyre d'Amsterdam ! Ruiné ! Kees Popinga est ruiné, et il l'apprend de la bouche même de son patron, avant qu'il disparaisse... L'occasion pour lui de prendre la fuite, de devenir une autre homme (corpulence moyenne, signes particuliers néant !), de se venger de sa petite vie médiocre. Et de basculer dans le plaisir du crime ! À la suite du faux suicide de son patron, la vie de Kees Popinga bascule soudain. Il ne veut plus obéir à la routine journalière et quitte sa femme, ses deux enfants, son métier. Mais cette "libération" ne sera qu'un échec que Simenon décrit avec ce sens de la fatalité qui rappelle les tragiques grecs. "Cet homme parfaitement honnête découvre soudain qu'il aurait pu être, tout aussi naturellement et peut-être plus naturellement encore, un parfait malhonnête homme" écrivait André Gide. Un très bon roman criminel (sans Maigret). Cette œuvre demeure toujours actuelle tant les sujets abordés sont d'intérêt universel." Acheter ce livre
Le cheval blanc Le Cheval Blanc "Un certain Félix est venu échouer comme veilleur de nuit dans une auberge sur le bord de la route nationale, entre Pouilly et Nevers. C'est un maniaque du crime qui finira par essayer de se suicider. Quant au patron, c'est un libertin qui abuse de ses bonnes. Sous des apparences de vie agréable et facile, de cuisine renommée et de coin ensoleillé, l'Auberge du Cheval Blanc a des dessous de vie crapuleuse que côtoient le drame et le crime." Acheter ce livre

 Sommet de la page

Precedente Sommaire Remonter Suivante

  Click Here!
Pour toute question ou remarque concernant ce site, envoyez un courriel à jacques @ 0faute.com
Dernière mise à jour de cette page le 20/03/2006.
 
Dans cette rubrique
Réactions

Une réaction ? Besoin d'un conseil ?
Participez au Forum 0Faute Design !

N'oubliez pas de signer le livre d'or de 0Faute !