0Faute : Créer et animer son site, Georges Simenon, Yello
Sommaire  Plan du site  Contact  Vous cherchez ?  Les liens
LIVRES
Sur le site
0Faute News
Recevez chaque mois les nouveautés de 0Faute ainsi que les tendances du Net et de la société.

S'inscrire Se désinscrire
Consultez le dernier numéro de 0Faute News, les archives et les enquêtes sur la protection des personnes et nos élus et le Net.

Partenaires

Georges Simenon  Bibliographie

Page precedente Page précédente

1921 1924 1925 1926 1927 1928 1929
1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936 1937 1938 1939
1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949
1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959
1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
1970 1971 1972 1974 1975 1976 1977 1978 1979
1980 1981 1989
1991 1993

1954 :  retour
 Le châle de Marie Dudon (nouvelle à la suite du Testament Donadieu). Vous trouverez cette nouvelle dans l'édition de "La maison des sept jeunes filles" disponible ici.
 Le bateau d'Émile (nouvelles : La femme du pilote - Le doigt de Barraquier - Valérie s'en va - L'épingle en fer à cheval - Le baron de l'écluse, ou la croisière du " Potam " - Le nègre s'est endormi - Le deuil de Fonsine - L'homme à barbe - Le bateau d'Émile).
"Le deuil de Fonsine" a paru, en 1950, en édition originale, "L´homme à la barbe", en 1953, en édition originale sous le titre "Nicolas". "Le nègre s´est endormi" a paru en édition pré-originale dans Gringoire du 30 janvier 1941 sous le titre "La passion de van overbeek". "Valérie s´en va" a paru en édition pré-originale dans Gringoire du 6 mars 1941 sous le titre "Les larmes à l´estragon".
 Crime impuni "Je le tuerai. Un jour, pour des raisons confuses, qui tiennent à la perversité de l'animal humain, un jeune homme tire sur son camarade. La jalousie sexuelle et le ressentiment social n'expliquent pas entièrement cet acte fou. L'assassin est laid, veule, mal aimé. La victime incarne le charme, l'aisance, la réussite. Et le séducteur a de la chance. Il survit au coup de feu. Vingt-cinq ans plus tard, il a fait fortune et dirige de multiples sociétés en Amérique. Parmi ses centaines d'employés anonymes, il reconnaît par hasard le malheureux qui jadis l'a défiguré. Bientôt, les deux hommes seront face à face…"
Mi-policier, mi-psychologique, ce roman raconte une histoire malheureuse que laisse deviner l'énoncé du titre. Acheter ce livre
Maigret à l'école Maigret à l'école (M) "Un instituteur des Charentes s'enfuit à Paris pour demander la protection de Maigret : on l'accuse à tort d'avoir tué Léonie Birard, la bête noire du village. Maigret décide de prendre un congé de quelques jours et d'accompagner Joseph Gastin qui, arrivé à La Rochelle, est, comme prévu, placé sous mandat d'arrêt, tandis que le commissaire s'installe à Saint André. La Birard a été tuée d'une balle de carabine, alors qu'elle se tenait dans sa maison proche de l'école à un moment où l'instituteur avait quitté sa classe pour passer un instant à la mairie. Si la vieille femme est détestée de tous les habitants qu'elle menaçait et abreuvait d'injures, le maître d'école, lui, venu de Courbevoie où sa femme avait eu une aventure connue de tous, n'a pas été adopté par le village. Or, la suspicion qui a provoqué son incarcération vient d'un de ses élèves, Marcel Sellier, un garçon sérieux dont le témoignage, récusé par le fils même de l'instituteur, se révèlera faux. Par des interrogatoires serrés, Maigret découvrira que Marcel a menti pour couvrir son ami Joseph Rateau qui, plâtré dans sa chambre, d'où il a vue sur la maison de Léonie Birard, s'amuse parfois avec sa carabine. Joseph s'accuse, mais Maigret n'est pas dupe. C'est le père, excédé par les grimaces de la vieille à sa fenêtre, qui a tiré. Un homme besogneux, alcoolique au dernier degré, incapable de viser juste : on aura sûrement beaucoup d'indulgence pour lui." Acheter ce livre
Maigret et la jeune morte Maigret et la jeune morte (M) "Le cadavre d'une jeune fille est découvert place Vintimille. Maigret s'occupe de l'affaire, provoquant le mécontentement évident de Lognon, l'inspecteur du deuxième quartier, bien connu par ses complexes d'infériorité et de persecution : le Malgracieux devra une nouvelle fois s'atteler à des tâches secondaires. Maigret parvient à identifier la victime, il s'agit de Louise Laboine, d'origine niçoise. Dès seize ans, la jeune fille a tenté sa chance à Paris. Dans le train qui l'emmenait vers la capitale, elle a fait la connaissance de Jeanine Armenieu, lyonnaise décidée, elle aussi, a vivre sa vie. À Paris, tandis que Jeanine réussissait et parvenait à se faire ouvrir les portes de la haute société, Louise végétait et vivait le plus souvent aux crochets de son amie. Celle-ci a mis fin a cette situation en partant du meublé de la rue de Ponthieu où elles habitaient Dès lors, Louise a commencé son naufrage : foncièrement honnête et de moralité irréprochable, elle a quité l'appartement et a sombré dans la misère, lorsqu'elle a appris que son ancienne amie allait faire un mariage avantageux avec Marco Santoni, italien fortuné. Elle a cherché à la revoir, a reçu d'elle un peu d'argent, ainsi qu'une lettre adressée à son nom, mais remise à Jeanine par la concierge de la rue de Ponthieu qui ignorait le nouveau domicile de Louise. Cette lettre lui a été laissée par un américain nommé Jymmy O'Malley. Ce dernier a été le complice du père de Louise, Julius Van Cram, escroc international que la jeune fille n'a jamais connu. Avant sa mort dans un pénitencier américain, Van Cram a demandé à O'Malley de dire à Louise comment elle pouvait entrer en possession de l'argent qu'il a accumulé dans sa vie d'escroc. O'Malley, qui n'a pu retrouver Louise, a déposé pour elle un message dans un bar louche de la rue de l'Étoile. C'est là qu'elle s'est rendue le soir du meurtre, mais le message avait été intercepté par Falconi, patron du bar, Bianchi et le Tatoué, individus peu scrupuleux qui ont profité de la situation. Pour se procurer l'héritage à la place de Louise, ces truands ont essayé de lui dérober ses pièces d'identité, elle s'est défendue et a été tuée par accident"Acheter ce livre
L'horloger d'Everton L'horloger d'Everton "À un moment ou un autre de la soirée, Ben était rentré pour se changer. Son costume de tous les jours était par terre dans un coin de la pièce, ses chaussettes un peu plus loin. Lentement, Dave ouvrit le placard à vêtements, et ce qui le frappa tout de suite, ce fut l'absence de la valise. Sa place était sur le plancher, en dessous des vêtements pendus à des cintres. Il y avait deux ans que Galloway l'avait acheté à son fils, à l'occasion d'un voyage qu'ils avaient fait tous les deux à Cap Cod, et, depuis, elle n'avait pas servi. Aurait-il vécu cette soirée-là autrement, ou se serait-il efforcé de la savourer davantage, s'il avait prévu que c'était sa dernière soirée d'homme heureux ? Cette question, et beaucoup d'autres, y compris de savoir s'il avait jamais été réellement heureux, il faudrait plus tard qu'il essaie d'y répondre. Il se contentait de vivre, sans hâte, sans problème, sans même avoir pleinement conscience de les vivre, des heures si pareilles à d'autres qu'il aurait pu croire les avoir déjà vécues. Il ne savait pas encore que Ben était parti en emportant sa valise et n'avait laissé aucun message. Dave Gallaway, horloger à Everton ,mène une vie précise où chaque jour ressemble aux autres, où trois rues seulement constituent son univers habituel, calme et feutré. Il s'est totalement investi dans l'éducation de son fils Ben depuis que son épouse Ruth l'a quitté six mois après avoir mis au monde leur fils. Mais voilà que Ben s'en détache violemment, quittant la maison paternelle en emmenant avec lui une jeune fille de quinze ans, Lillian Hawkins. Leur fugue meurtrière, leur passion tranquille, sont racontées sans état d'âme, comme passées au crible du regard froid des journalistes, du regard blasé de la police -et du regard d'un père qui, au fil des pages, va peu à peu se ressaisir et comprendre. Dans sa fuite pour aller se marier avec Lillian dans un autre état, Ben tue un homme et lui vole sa voiture. Pour le père désemparé commence alors une attente interminable alimentée par un examen de conscience au cours duquel il mesure l'ampleur du fossé qui les séparait. Cherchant plus à comprendre son fils qu'à le juger, il conclut que sa place est à ses côtés, et fait tout pour le sauver. Plus que jamais, le père partage sa souffrance car il a compris que ce crime n'est que l'expression de la révolte intérieure des Galloway."
Cette histoire simple et tragique d'une crise d'adolescence qui révèle à un père abasourdi l'insondable fossé des générations est racontée avec une dextérité qui ne fait qu'intensifier ce qu'elle a de déchirant.  Acheter ce livre
 Le grand Bob "Bob est mort hier. Ils disent que c'est un accident. Vous savez, un de ces hommes toujours gais, toujours riants, auprès de qui les plus fermés se détendent et les plus maussades sont obligés de sourire... On ne sait pas ce que cachent ce masque heureux, ces goûts médiocres, cette petite vie moitié bourgeoise et moitié bohème... Et le jour où on découvre ce qui était caché..., c'est qu'il est trop tard. Pourquoi Robert, dit le Grand Bob, a-t-il choisi de disparaître en se noyant au cours d'une partie de pêche ? Ami de Bob et de sa femme Lulu, le docteur Coindreau cherche dans le passé de cet homme au tempérament plutôt boute-en-train des éléments qui puissent élucider ce mystère. Issu d'une famille honorable, Bob a jadis abandonné ses études de droit pour vivre avec la légère et gentille Lulu, chapelière à Paris. Leur vie a été modeste, mais heureuse. Alors ?" Acheter ce livre

 Sommet de la page

Precedente Sommaire Remonter Suivante

  Click Here!
Pour toute question ou remarque concernant ce site, envoyez un courriel à jacques @ 0faute.com
Dernière mise à jour de cette page le 10/12/2005.
 
Dans cette rubrique
Réactions

Une réaction ? Besoin d'un conseil ?
Participez au Forum 0Faute Design !

N'oubliez pas de signer le livre d'or de 0Faute !